Logo - Une vie de famille -


Confier Bébé : Préparer mon enfant à vivre cette nouvelle rencontre !

Posté le 10-07-2018

Confier son enfant est une étape vécue par chaque parent, mais elle n’est pas si évidente.
Tous les parents ne sont pas égaux face à la séparation : certains le vivent plus facilement que d’autres.
Plusieurs facteurs interviennent dans la manière d’aborder cet événement. Ainsi la personnalité de votre bébé, la relation que vous avez avec lui ou encore la confiance que vous avez envers la personne à qui vous le confiez.
Penser la séparation en amont est un excellent moyen pour accompagner au mieux votre enfant lors de ce changement.

 

      Attachement/Séparation/Attachement

« L’attachement: sentiment d’affection durable (lien) qui unit aux personnes ou aux choses. »

Ce lien vous l’avez construit avec votre enfant, avant même qu’il naisse. Ce sentiment, c’est la force nécessaire pour répondre à ses sollicitations et ses besoins.

Mais qui dit  » attachement », dit aussi à un moment  » détachement ». Il y a les petites séparations de quelques heures ou d’une nuit. En général dans ces situations, l’enfant est confié dans le cercle familiale.
Puis il y a les séparations plus longues ou régulières : le temps d’un week-end ou de l’accueil quotidien chez une assistante maternelle/ à la crèche.

En effet, votre enfant a passé plusieurs jours dans sa bulle d’amour et de protection familiale.
Il a établi ses premières relations avec vous et sait qu’il peut compter sur vous. Par conséquent en tant que parents vous êtes les premières figures d’attachement du jeune enfant.

Eh oui, vous répondez à ses besoins physiologiques (le nourrir, le changer…), psychiques ( le rassurer) mais aussi sociaux (lui parler, le câliner…). Il sait comment communiquer avec vous, connait et peut prévoir vos réactions. De plus votre présence est constante.
Toutes ses grandes attitudes permettent à votre enfant de se sentir en sécurité dans ce monde.
Pour explorer et jouer votre enfant s’aventurera parce qu’il sait qu’il peut revenir vers vous en cas de difficulté. Vous serez son port d’attache, avec vous il peut se ressourcer.

 « L’amour ce n’est pas une récompense, c’est du carburant » Isabelle Filliozat

Pour accepter la séparation, le même processus s’établit. Il puisera dans la sécurité que vous lui avez apportée pour s’autoriser à s’attacher à une autre personne.
La figure d’attachement est essentielle pour la survie de bébé, il aura alors besoin de temps pour comprendre qu’il peut faire confiance à un tiers pour prendre soin de lui.
Mais pas de panique, ce n’est pas parce que votre enfant s’attachera à une autre personne qu’il vous remplacera.
Chaque figure d’attachement principale (parent, professionnels de la petite enfance…) a une place hiérarchisée. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle les enfants se tournent plus naturellement vers maman (oui, 9 mois de relation intra-utérine, ça compte !!).

 

      Préparer votre enfant 

 

Qu’il soit accueilli en structure collective ou chez une assistante maternelle, un temps d’adaptation ou de
familiarisation est prévu. Celui-ci a pour but de permettre à votre enfant de découvrir, en votre présence ce nouveau lieu ainsi que les nouvelles personnes qu’il y rencontrera.

Si vous avez opté pour un accueil à domicile, pensez à prévoir également ce temps d’adaptation.

Pour le préparer : vous pouvez communiquer avec lui quelques jours avant la première rencontre. Lui parler et lui expliquer la situation avec des mots simples, dire le nom de la personne qui va s’occuper de lui en votre absence. C’est rassurant et ce quel que soit son âge, alors n’hésitez à le répéter sur plusieurs jours.
En complément du doudou (et/ou de la tétine), vous pouvez prévoir un petit linge avec votre odeur qu’il pourra garder dans ce nouveau lieu. Ce choix varie selon les habitudes de votre enfant.

Enfin vous pouvez également jouer à des jeux de coucou-caché. Ces petits jeux sont appréciés dès le plus jeune âge et sont évolutifs. Par exemple : cacher les yeux derrière ses mains ou dissimuler un objet sous un drap.
Ces petits temps de jeux avec votre enfant, vont l’aider à intégrer la notion de « permanence de l’objet ». C’est-à-dire le fait que tout objet continue d’exister même si  je ne le perçois pas au travers d’un de mes sens.
Dans la situation de séparation cela se traduit par « mon parent n’est plus présent mais il existe toujours et reviendra me chercher. ». Patience toutefois, car cette notion est pleinement intégrée qu’à la fin de la deuxième année.

Se préparer et vivre la séparation sont deux réalités différentes.
Il faudra laisser le temps à votre enfant de s’adapter. Sa temporalité n’est pas aussi précise que la vôtre.
Soyez serein, à un moment votre enfant sera en capacité de découvrir le monde extérieur assuré de votre amour.

 

Les articles que vous allez aimer :

 

 

Article rédigé par:
Dorinne Eléna, Educatrice de Jeunes enfants

Aucun commentaire


Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :