Logo - Une vie de famille -


Les 2 clés essentielles pour se préparer à confier bébé !

Posté le 16-07-2018

En tant que parent, nous donnons toute notre énergie pour donner les soins (corporels, sociaux, psychiques) nécessaires au développement de notre enfant. On passe du temps pour décrypter ses pleurs, comprendre ses besoins et y apporter la réponse la plus adéquate. 
Se séparer de son bébé n’est pas une situation aisée. On se pose mille et une questions, d’autant plus s’il s’agit de la première séparation en dehors du cercle familial.

Dans une précédente publication, nous évoquions comment préparer bébé pour cette séparation. Cet article vous est cette fois-ci pleinement dédié.   
Anticiper et préparer cette séparation est une étape importante pour votre enfant mais aussi pour vous !!

 

Se séparer pour se retrouver

La durée du congé (maternité, paternité ou parental) est un temps à part. Délicate parenthèse, c’est un instant propice pour la création d’un attachement sécurisé entre vous et votre enfant. Vous avez ainsi pu tisser les prémices de cette relation unique entre vous. Mais il est désormais temps de sortir de cette petite bulle.

L’attachement à votre enfant est naturel. La séparation l’est aussi, elle est nécessaire pour les deux parties. Se souvenir de la raison pour laquelle aura lieu la séparation permet de mieux appréhender ce moment.

Prodiguer les soins, éduquer son enfant selon ses valeurs peuvent être pour vous des points importants. Mais certaines femmes (et hommes, d’ailleurs) ne se sentent pas à l’aise avec le fait de pouponner toute la journée. Tandis que d’autres le souhaiteraient mais choisissent de retourner au travail.  Peut-être ressentez-vous juste le besoin d’avoir un autre espace de socialisation que le cercle familial.
Quelque soit les raisons pour lesquelles vous confiez votre enfant à une autre personne, soyez sûre à 100% que vous ne perdez pas son amour.
Il est capable de s’attacher à d’autres personnes sans oublier l’amour parental. Personne ne peut remplacer le parent dans le cœur d’un enfant.
Se séparer c’est aussi l’occasion de se retrouver en tant que personne, et de ne pas être exclusivement dans son rôle de parent. Ce qui peut favoriser une disponibilité plus intense au moment des retrouvailles avec votre enfant.

 

La place des émotions

La difficulté de la séparation peut être liée à plusieurs facteurs.
L’un d’entre eux est la culpabilité ressentie à l’idée de laisser son enfant.
La culpabilité est un sentiment qui nous questionne sur notre moral, savoir si ce que l’on fait est bien ou mal. Comme toute émotion, la culpabilité nous révèle l’état de satisfaction (ou non)  de nos besoins.

Autorisez-vous à prendre le temps d’identifier pourquoi le fait de confier votre enfant à une autre personne vous émeut tant. D’où provient cette culpabilité ? De vos propres valeurs ou celles de votre entourage ?  Soyez sincère avec vous-même !
Identifier l’origine de votre culpabilité est la première étape pour se déculpabiliser. Ensuite il faut pouvoir en parler et agir pour répondre à ce besoin exprimé.

Une autre émotion qui peut survenir dans ce moment de séparation est la peur ou la méfiance vis-à-vis du ou des professionnel(s) qui accueilleront votre enfant.
Face à la peur, il y’a un besoin de sécurité. Ici, ce besoin de sécurité ne sera satisfait que si vous créez un lien de confiance avec le professionnel. Vous serez alors rassuré sur sa capacité à prendre soin de votre enfant, même si il ne s’y prend pas toujours exactement de la même manière que vous. De toute façon, je vous rappelle que vous êtes unique !!

«  La confiance s’acquiert, elle ne se demande pas : qui la mérite n’a pas besoin de la demander. » Emile de  Girardin

Parfois, vous n’obtenez pas forcément le mode d’accueil que vous souhaitiez, cela peut rendre la situation plus difficile à accepter.
Dans tous les cas, n’hésitez pas à rencontrer le professionnel plusieurs fois avant de lui confier votre enfant.

Chez l’assistante maternelle comme à la crèche un temps d’adaptation est proposé.  Ce temps se présente sous forme de séparation graduelle. Le premier jour, vous resterez auprès de votre enfant sur la période d’accueil, le deuxième jour la séparation durera 1 heure environ, et après 3-4 jours d’adaptation, votre enfant commencera sa petite journée comme un grand.

L’adaptation peut prendre plusieurs formes, c’est surtout pour vous l’occasion de créer du lien avec le(s) professionnel(s) à qui vous confiez votre enfant. En effet le lien parent/professionnel influence le lien enfant-professionnel.

Communiquez, posez vos questions et observez afin de vous rassurer sur le fait que votre enfant sera bien dans ce lieu. Rassurez-vous cette période d’adaptation est aussi faite pour vous. Et puis il faudra le temps nécessaire pour que s’installe cette confiance.

Tout professionnel de la petite enfance sait que la séparation peut aussi être difficile pour le parent. Il sera à votre écoute car la confiance et la communication sont la base d’une bonne relation.

 

Vivre l’instant présent

Anticiper, prévoir, se préparer : c’est bien !! Mais n’en oublions pas de profiter de l’instant présent. Si vous pensez trop « séparation » alors même que vous êtes encore avec votre enfant, il le sentira.
Alors essayez de profiter pleinement des moments privilégiés que vous vivez avec lui.

Remplissez votre (et son) réservoir d’amour. Gardez en tête tous ces petits moments d’émotion et de partage, cela vous permettra de réactiver votre boite à souvenirs pour les moments de séparation.

 

Les articles que vous allez aimer :

 

 

Article rédigé par:
MONGO Dorinne Eléna, Éducatrice de Jeunes enfants

Aucun commentaire


Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :