Logo - Une vie de famille -


Les émotions chez l’enfant – colloque Zo&Ki

Posté le 20-10-2015

Les émotions chez l’enfant: accueillir, décrypter et accompagner les émotions du jeune enfant. Et si on tordait le cou aux idées reçues ?

p

Voici le (vaste) sujet du dernier colloque organisé par notre partenaire Zo & Ki. Une journée passionnante dont voici un résumé.

 « Joie, colère, tristesse, peur : les émotions des tout-petits interpellent les professionnels de la petite enfance, autant qu’elles les désarment. Et pour cause, il n’est pas toujours aisé de comprendre ce qui se passe réellement dans la tête d’un enfant. Au point que de nombreuses interprétations erronées continuent de fleurir sur le terrain… Aujourd’hui, la recherche scientifique nous permet de tordre le cou aux idées reçues et de revisiter nos pratiques. Profitons-en ! »

Si le métier des professionnels de la petite enfance est si éprouvant, c’est parce que vous accompagnez des enfants qui font vivre leurs émotions et qui ne sont pas encore capables de les contrôler.

Josette Serresdocteur en psychologie du développement et ingénieur de recherche CNRS spécialisée dans l’étude des interactions précoces entre la mère et son bébé souligne que les émotions sont des moyens de communication non verbaux très efficaces utilisés dès la naissance par les bébés.

Les bébés sont équipés pour décoder les adultes et utilisent les émotions pour communiquer avec eux. Les adultes envoient également des messages émotionnels forts que les bébés reçoivent et intègrent parfaitement. Le dialogue entre l’enfant et le bébé se créé réellement lors des « phases de synchronisation » : phases lors desquelles, l’enfant et l’adulte portent leur attention sur la même chose. Une maman qui sourit à son bébé, lui montre son importance, le bébé ressent alors une émotion positive. A l’inverse, un enfant non stimulé peut provoquer des retards mentaux chez l’enfant.

L’enfant fait des hypothèses et test les réactions de l’adulte pour voir s’il a bien compris comment fonctionne le monde. A 8 mois, un bébé en train de jouer a besoin de l’accord visuel de sa maman et cherche à décoder l’émotion qu’elle véhicule. Par les signes du visage (sourire, yeux froncés), l’adulte poussent l’enfant à poursuivre son exploration ou au contraire de la stopper. D’où l’importance d’être clair sur les expressions de son visage : ne pas dire « non » à l’enfant avec un grand sourire.

Il est important de comprendre que les bébés ont un cerveau en construction, leur cerveau est très immature et ils ne peuvent donc pas avoir tout compris de la vie dès 3 ans.

Nous conseillons à tous les professionnels de la petite enfance d’assister aux prochains colloques organisés par Zo&Ki. Le suivant aura lieu le 30 novembre: pour vous inscrire, c’est par ici !

^p

Vous voulez en savoir plus? Consultez également nos articles sur:

Aucun commentaire


Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :