Logo - Une vie de famille -


Sommet sur l’éducation à la petite enfance au Québec !

Sommet sur l'éducation à la petite enfance

Posté le 31-05-2017

Le 4 Mai dernier a eu lieu le sommet sur l’éducation à la petite enfance à Montréal organisé par l’Association Québécoise des Centres de la Petite Enfance (AQCPE) avec l’Institut du Nouveau Monde. Durant ce sommet des experts, des organisations et associations du secteur petite enfance, de l’éducation, de l’économie et de la santé ont été réunis.

Le système éducatif au Québec, une aide aux plus défavorisés !

Au Québec, le système éducatif est différent de celui mis en place en France. Et effet, au Québec la politique familiale mise en place en 1997 insistait sur l’importance de donner à tous les enfants un accès à des services scolaires de qualité. Pour répondre à cet objectif, le Québec a mis en place des services pour les enfants de 5 ans et moins ; ils se décompensent en deux grandes catégories :

Les services de garde composés des centres de la petite enfance (CPE) où les places sont à contribution réduite pour les parents, les garderies qui peuvent être subventionnées et offrent des places à tarif réduit tout comme les services de garde éducatif en milieu familial (services équivalents à ceux d’une assistante maternelle en France). Au Québec, sur les quelque 280 000 places en services de garde, 80 % sont subventionnés (source AQCPE).

L’éducation préscolaire ou la maternelle qui comprend la maternelle à temps partiel pour les enfants de 4 ans issus de milieux défavorisés ainsi que pour les enfants handicapés. Ce type d’établissement d’accueil a pour objectif de favoriser la réussite scolaire en atténuant les écarts dans le développement des enfants. Il y a également la maternelle pour les enfants de 4 ans à temps plein en milieu défavorisé et la maternelle à temps plein pour tous les enfants de 5 ans qui est offerte dans toutes les commissions scolaires et les écoles privées.

Tout cela dans le but de réduire les inégalités des chances entre les enfants. Vingt ans après son adoption, le Québec souhaitait faire le bilan de ces services tout en réfléchissant sur les possibilités à venir pour les enfants de demain.

  Un sommet de la petite enfance prenant en compte l’opinion publique 

Durant les mois précédents le somment de la petite enfance, une commission sur l’éducation à la petite enfance a fait le tour des villes du Québec pour connaître l’opinion publique sur la politique familiale mise en place. Après une analyse de ces sondages, les commissaires ont pu en déduire cinq recommandations et actions qui devraient être mis en place pour mieux répondre aux besoins de la population :

  • La gratuité des services éducatifs réservés aux enfants de 0 à 4 ans
  • Consolider la complémentarité entre les différents acteurs du secteur petite enfance
  • Des incitations du gouvernement pour pousser les ménages à mettre davantage leurs enfants dans des services éducatifs dès le plus jeune âge puisque c’est à cette période que les enfants sont les plus aptes à recevoir toutes les informations qui leurs seront utiles lorsqu’ils seront adultes
  • Renforcer la qualité des services d’accès à l’éducation pour les jeunes enfants
  • Inclure davantage les enfants handicapés ou issus de milieux défavorisés dans les services éducatifs

Ces recommandations ont largement été évoquées durant ce somment où l’heure était à la redéfinition des grandes orientations de la politique familiale vieillissante face aux nouveaux enjeux économiques et sociaux de ces dernières années. La question de l’éducation à la petite enfance touche le monde entier, c’est pourquoi plusieurs organisations internationales s’intéressent aux travaux du Sommet.

En France quelle est la politique sur l’égalité des chances des enfants ?
Les réalités économiques et sociales ont particulièrement changé depuis 20 ans en France. En effet, 80% des mères travaillent, seulement un enfant sur deux a une place en crèche, mais pourtant plus de 30% des professionnels petite enfance sont au chômage. La France compte parmi les pays les plus aptes à réduire les inégalités des chances entre enfants de moins de 5 ans. L’Etat en est conscient et investit dans les établissements d’accueil de jeunes enfants afin de permettre à tous les enfants de pouvoir bénéficier de places en crèche et tente d’augmenter à 10% le taux d’enfants issus de milieux défavorisés accueillis en crèche. Cependant, ces établissements accueillent encore trop peu d’enfants défavorisés : la France compte (1) 20% d’enfants issus de familles pauvres ; les crèches françaises accueillent seulement 8% de ces enfants. De manière générale, la France reste tout de même très loin derrière le Québec au niveau de la politique familiale en faveur de l’égalité entre jeunes enfants. Pour inverser la tendance, le Gouvernement a décidé de se lancer dans différentes actions : la refondation de l’éducation prioritaire, la réforme de l’allocation progressive des moyens, mais aussi, pour les plus grands, la réforme du collège.

Et Uneviedefamille.fr dans tout ça ?
Uneviedefamille.fr propose à tous les salariés-parents, peu importe leur milieu social, un service d’accompagnement à la recherche d’une garde d’enfants tout en favorisant l’emploi du secteur. Ces services sont une alternative au manque de place en crèche et contribuent en partie à réduire les inégalités des petits grâce à des professionnels qualifiés. Vous cherchez un mode de garde ? Faites découvrir ce service de soutien à la parentalité à la direction des ressources humaines de votre entreprise !

Vous cherchez un mode de garde ? Parlez-en à votre employeur !

« La prévention en termes de santé et d’éducation sont les meilleurs investissements qu’une société puisse faire » Alexandre Taillefer

Les autres articles que vous allez aimer:

(1 )

Chiffre fondé sur les données de l’étude « Modes de garde et d’accueil des enfants de moins de 6 ans en 2007 », Sévane Ananian et Isabelle  Robert-Bobée, DREES, Ministère de la Santé, février 2009

Aucun commentaire


Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :